Intelligence Artificielle : les actualités passées au crible par Keley - Jan 2022

Catégorie :

Data Science

Publié le :

24/1/2022

Temps de lecture :

4 minutes

Auteur :

#
Article
#
Intelligence Artificielle
#
DataScience
Visage d'une femme ébloui par la projection de données colorées

Lors de meetups animés par Jean-Michel, Keley passe en revue les actualités liées à l’IA. Data Science, Machine Learning et autres concepts sont abordés de manière ludique et vulgarisée par nos experts. Dans cet épisode, un focus sur la mobilité et sur l'éthique dans le traitement de la donnée.

L’Intelligence artificielle au service de la mobilité

L’IA et la mobilité : le cadeau de Strava

Strava est une application bien connue des sportifs. Elle permet de suivre son activité sportive – course à pied, vélo, natation, fitness – et de mesurer ses progrès grâce notamment à la collecte et à l’analyse de données de géolocalisation, de temps d’effort, d’intensité ou encore de calories brûlées. L’application a récemment offert aux villes les données collectées (et anonymisées) pour leur permettre de progresser dans leur politique de mobilité urbaine, et notamment de mobilité douce.

La circulation et notamment celle des vélos est devenue une problématique d’importance pour les centres villes des grandes agglomérations. Encouragés car bons pour l’écologie et limitant les contacts en période de pandémie, les déplacements en mobilité douce ont été victime de leur succès et deviennent une problématique urbaine. Toutes ces données récoltées par Strava sont ainsi une mine d’or pour les villes, afin d’analyser la qualité de leur politique de mobilité et de l’optimiser en fonction, par exemple, de l’utilisation que font les usagers des infrastructures.

L’enjeu est immense, car il porte non seulement sur les infrastructures et la modélisation de la ville de demain, mais aussi sur l’adaptation en temps réel afin de fluidifier et de sécuriser des parcours, en recommandant tel ou tel itinéraire. À plus long terme, on peut même imaginer qu’un modèle prédiction influence sur un affichage, une signalisation ou une adaptation de la voie qui soient dynamiques.

Google et l’amélioration de la circulation grâce aux feux tricolores

Le géant de la tech teste actuellement en Israël dans 4 villes partenaires, dont Haïfa et Beer Shava, une technologie d’IA visant à améliorer la circulation en influant sur les feux tricolores. Bien qu’en phase préliminaire, ces études donnent des premiers résultats prometteurs, avec jusqu’à 20% de réduction de la consommation de carburant – et donc une réduction significative de la pollution – et un temps d’attente réduit aux intersections. Et zéro accident.

Le modèle qui a pour but d’optimiser les intersections inefficaces a été entrainé à partir des données de circulation recueillies dans le monde entier. L’objectif est ainsi de créer un modèle global et duplicable. Il permettrait jusqu’à l’économie de l’équivalent de 200 000 voitures en circulation.

De l'éthique dans l'IA ?

L’UNESCO adopte une recommandation sur l’éthique de l’IA

Dans la lignée de l’UE, précurseur de la régulation de l’intelligence artificielle, l’UNESCO adopte une recommandation sur l’éthique de l’IA. Bien que sans valeur obligatoire ni contraignante, car restant au stage de la recommandation, elle confirme la volonté des organisations d’encadrer les travaux portant sur des intelligences artificielles et leurs applications. Ce texte encourage notamment les signataires, soit les 193 pays membres de l’UNESCO, à adopter un cadre luttant contre certaines dérives comme peuvent l’être les biais, quels qu’ils soient, ou les violations de la vie privée.

Une avancée à saluer certes, mais la meilleure manière d’éviter les biais de l’IA tient dans la qualité du modèle et dans la manière dont lui sont présenté les données. À l’Humain donc d’éviter en premier lieu tout biais dans les données qu’il utilise pour permettre à la machine d’apprendre.

Une directive de l’ONU sur la voiture autonome

L’ONU a instauré une directive visant à clarifier les responsabilités des situations concernant la voiture autonome et qui prendra effet à partir de juillet 2022. Cette directive réaffirme un principe clé en matière d’IA qui veut que le dernier mot doive revenir à l’Humain. Dans le cas de la voiture autonome, le conducteur pourra ainsi outrepasser le pilotage automatique lorsqu’il le juge nécessaire, comme pour un freinage d’urgence ou un coup de volant. Ces fonctionnalités devront ainsi être intégrées à tout système de conduite autonome à partir de cette date.

Elize, l’application qui veut réconcilier les jeunes et la politique est-elle dangereuse ?

Avec un principe reprenant les codes de Tinder – swipe à gauche et swipe à droite – l’application vous présente des idées, portées par un ou plusieurs candidats à la présidentielle 2022. À vous alors de décider si l’idée vous plaît ou non et à la fin de ce quasi questionnaire, l’app vous présente la candidate ou le candidat dont vous êtes censé être le plus proche. D’aspect ludique, cette application pose invariablement des questions sensibles.

La première qui vient à l’esprit est la sécurité des données. Qu’a prévu de faire l’application avec nos idées politiques puisqu’il en est question ? Sa structure est-elle assez bien protégée face aux attaques dont elle fera l’objet – parce qu’elle sera attaquée, vu la nature des données qu’elle récolte. Il nous vient à l’esprit immédiatement les campagnes de micro-ciblage dont ont été victimes les citoyens américains au moment de l’élection de Donald Trump ou les citoyens britanniques, qui ont ainsi voté contre toute attente en faveur du Brexit à cause de publicités presque invisibles et pourtant influentes, réalisée grâce à l’analyse souvent illégale des données d’opinion.

Concernant Elize, la CNIL suit de près l’application. Ces conditions générales d’utilisation stipulent par exemple que les données collectées peuvent être revendues à des tiers. Et bien qu’anonymisées, ces données pourront bien entendu ainsi être croisées et mappées par les acheteurs.

Extrait d’un papier scientifique expliquant qu’avec 3 données, très communément cédées aux app – code postal, sexe, date de naissance – on est capable de retrouver 87,1% des gens, parmi un échantillon de 248 millions de personnes [1].

L’extrait ci-dessus met en avant la facilité avec laquelle on est capable aujourd’hui de construire des cartes d’identité virtuelles de personnes avec finalement très peu de données au départ. Et dès lors qu’on rentre dans des considérations politiques, avec une élection à la clef, le danger est autre que de retrouver une photo de votre fils postée sur Instagram, sur un paquet de couches à l’autre bout du monde.

[1] L. Sweeney, Simple Demographics Often Identify People Uniquely. Carnegie Mellon University, Data Privacy Working Paper 3. Pittsburgh 2000

Keley est un partenaire de co-création parmi les meilleurs acteurs du marché, notamment via son expertise des parcours clients.

Yann Ruello

Content Innovation Director, chez Orange

Thibault Mougin

Chief Marketing Officer

Passionné par l'innovation et les méthodes marketing, Thibault a notamment travaillé pour le Crédit Mutuel, Limagrain et Lhoist.

Envie de partager cet article ?
Button Text
UN PROJET DE TRANSFORMATION DIGITALE ?

Il est temps de se rencontrer ! Il vous suffit de remplir ce formulaire pour nous contacter.

La collecte des informations demandées est nécessaire au traitement de votre demande par Keley, unique entité habilitée au traitement. Elle vous permettra en premier lieu de recevoir une réponse à ce message. En cas de contact ultérieur de la part de Keley, votre consentement sera au préalable recueilli. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de nous en faire la demande par email à l’adresse communication@keley-consulting.com.

Pictogramme blanc et jaune d'une enveloppe

Comment pouvons-nous vous aider ?

Merci pour votre message !
Oops ! On dirait qu'il y a eu un problème...

La collecte des informations demandées est nécessaire au traitement de votre demande par Keley, unique entité habilitée au traitement. Elle vous permettra en premier lieu de recevoir une réponse à ce message. En cas de contact ultérieur de la part de Keley, votre consentement sera au préalable recueilli. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de nous en faire la demande par email à l’adresse communication@keley-consulting.com.